Français English
Jean-Claude Boisset



Contacts presse : 
Nathalie Bergès-Boisset & Véronique Desmazures
Tél. 03 80 62 61 61 - contact@actuelles.biz

L’aligoté, souvent vilain petit canard de la Bourgogne hormis la fameuse appellation aligoté de Bouzeron, vit dans les mains de Grégory Patriat une renaissance.

« Ici on élève les petits comme les grands ! ». Pas de différence de traitement dans cette maison où les vins dits petits côtoient les plus grands et bénéficient comme eux d’un élevage long et attentif. Choisi comme au sein d’une belle vigne enherbée, il est né à Chorey-Les-Beaune, dans une parcelle d’une cinquantaine d’années, aux petits rendements naturels, gages de concentration : 40hl/ha au lieu des 73 hl/ha autorisés.

Arrivé à la cuverie le 10 septembre 2011 à un degré de maturité idéal de 12,2 cet aligoté vit un lent et doux pressurage de trois heures puis est descendu par gravité directement en fût sans débourbage pour lui conserver toutes ses lies nourricières. La fermentation s’enclenche au bout de quelques jours sous l’influence des levures naturelles du raisin ; elle durera plusieurs mois.

Il va vivre un élevage de 18 mois et tous les ans, quelle que soit l’année, il restera deux hivers en cave, à l’instar d’un Meursault ou d’un Puligny-Montrachet ! Il s’affine patiemment dans des demi-muids de 450 litres, un quart en fût neuf. Pas de batonnage pour respecter sa fraîcheur. Et contrairement aux idées reçues, l’aligoté supporte très bien ce boisé doux.

Mis en bouteille mi-mars, il livre ses premiers atouts. Or pale, notes discrètes citronnées, voire florales, attaque assez ample, il est à la fois dense et très long en bouche avec une finale un peu vive, seule signe de son cépage. Car à l’aveugle, et c’est bien là l’étonnement, on le prendrait pour un blanc de la côte de Beaune, autrement dit un chardonnay !

Il se suffit à lui-même et l’on déguste avec gourmandise ce vin complexe et sérieux, d’un beau volume et d’une très belle longueur, sur une finale saline. Il fera merveille sur les notes iodées de crustacés chauds ou froids, plateau de fruits de mer, homard, moules.

Une rareté que cet aligoté signé Jean-Claude Boisset avec seulement 3 600 bouteilles produites.